La représentation de la Shoah dans le cinéma français

Date
Lundi 03 Juin 2019
Heure
19h00
Adresse
6 bis rue michel ange
Période d'inscription
19/03/2019 - 01/07/2019 20h
Nom de l'organisateur
Alliance israélite universelle

La représentation de la Shoah dans le cinéma français

Samuel Blumenfeld

3, 17, 24 juin, 1er juillet320_375.jpg

En 1971 et 1976, c’est à dire entre la diffusion contrainte du Chagrin et la pitié de Marcel Ophuls et la sortie de Monsieur Klein de Joseph Losey avec Alain Delon, le cinéma français ouvre enfin la parenthèse de Vichy pour relater la page la plus noire de l’histoire de la République : la collaboration et la déportation des français juifs. Un contexte explique la levée de ce tabou : le départ du général De Gaulle en 1969 et, à travers lui, la fin du récit héroïque d’une France qui aurait massivement résisté à l’occupant. En ouvrant cette page, le cinéma français redécouvre à l’écran un nouveau personnage : le français juif. C’est l’un des effets de la fiction, ce dernier n’apparait plus comme une statistique, celle des six millions de Juifs exterminés par les nazis et leurs supplétifs, mais comme un personnage désormais incarné de la plus dramatique des manières. Six films, Le Chagrin et la pitié, Lacombe Lucien de Louis Malle, Les Aventures de Rabbi Jacob de Gérard Oury, Section spéciale de Costa-Gavras, Les Guichets du Louvre de Michel Mitrani et Monsieur, Klein racontent ce retour du Juif à l’écran, liée à la Shoah. Que signifient-ils ? Pourquoi arrivent-ils de façon aussi rapprochée ? Que racontent-ils exactement ?    

PAF : 30€ le cycle

S'inscrire

Retour à la liste d'évènements

Haut de page